où, fidèle à ses habitudes et solidaire du commissaire Lognon, l’auteur se refuse d’écorcher l’anguille par la queue

N’étant pas du genre à écorcher l’anguille par la queue, Lognon rappela d’emblée au jeune Lapointe que sans cette fameuse marquise sortie à cinq heures, tout deux ne seraient pas en ce moment dans cette voiture, en train de s’acheminer vers une mission à haut risque. « Bien sûr, patron ! Mais, tout à l’heure, vous parliez de Maigret, tout ça… C’est quoi que vous vouliez dire, au juste ? » Après quelques propos sur la nécessité de commencer par le début afin d’être clair, circonvolutions oratoires dont vous n’aurez pas même le résumé, ceci afin de ne pas abusivement ralentir le rythme de ce feuilleton, le commissaire toussota afin de s’éclaircir la voix puis, pipe d’une main et paquet de tabac de l’autre, déclara tout en bourrant sa pipe : « Tu sais mon petit, ce n’est pas pour me vanter mais, si tu veux connaître la grande différence entre moi et le gros Maigret, et ce en toute modestie… parce que, comme disait l’oncle Édouard… je t’ai déjà parlé de mon oncle Édouard ?… et bien, l’oncle Édouard, il citait souvent un proverbe qu’il avait ramené là-bas, de l’Asie lointaine, quand il a participé à la croisière jaune… c’est connu, les proverbes chinois et compagnie, hein !… ça va loin… ça va loin… donc, en toute modestie, la différence entre moi et Maigret, si tu veux que je te dise, et bien c’est que moi en bientôt quarante ans de carrière, mon petit Lapointe, quarante ans, tu m’entends bien ?… quarante ans et jamais un pépin, tu vois… jamais !… des bastos, j’en ai entendu siffler et sans doute même plus souvent qu’à mon tour… parce que, sans parti pris aucun, qui c’est qu’on envoyait à chaque fois sur les coups durs pendant que Maigret faisait le malin ?… parce que, je sais pas si t’as remarqué, mais ce gars-là, il pousse le vice jusqu’à enquêter pendant ses vacances !… et pourquoi, d’après toi ?… oh ! pas la peine d’aller chercher  bien loin, mon petit !… si le gros Jules, il travaillait pendant ses vacances, c’est primo qu’il préférait se trouver face aux caves de province plutôt qu’avoir à faire avec les durs que je me suis à chaque fois coltinés !… et deuzio, c’est qu’il lui restait sûrement de l’énergie pour bosser pendant ses vacances, vu qu’il en faisait quand même pas lourd quand il était sur Paris !… Je sais pas si je me fais bien comprendre ?… Et pourquoi qu’il en faisait jamais bien lourd sur Paris ?… Tu veux que je te le dise ?… » Là, Lognon s’interrompit pour allumer sa pipe.

Publicités

2 Réponses to “où, fidèle à ses habitudes et solidaire du commissaire Lognon, l’auteur se refuse d’écorcher l’anguille par la queue”

  1. brigitte celerier Says:

    bon j’attendrai pour connaître son opinion sur Maigret que, je dois l’avouer, très très bas, je n’aime pas tant que ça, et peut être oins encore

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :