où le commissaire Lognon devient un modèle de patience pour le lecteur

Lognon bourrait tranquillement sa pipe, certain qu’au final le récit entamé par Yann-Erwann éclairerait d’un jour nouveau ce qui s’était passé deux jours plus tôt, quand, peu de temps après que la marquise Emma de la Bôle née Saint-Nazère ait quitté son appartement, aux environs de dix-sept heures, Vanessa Aldobrandi, bonniche de son état se faisait stranguler par son amant jaloux, et ce non loin du boulevard Richard Lenoir où le marquis André de la Bôle était mort au volant de sa Bentley percutée de plein fouet par un véhicule de police circulant à contre sens et toute sirène hurlante, soi disant parce que ce dégénéré de Jean Valgrand tapait son scandale biannuel dans l’ancien appartement du gros Maigret !… « Oh ! pour ça, « ma p’tite marquise », on peut dire qu’elle était coquette !… Mais jamais vulgaire, hein !… De l’éducation, je vous dis pas !… Où que c’est qu’elle disait que ses parents ils l’avaient envoyée, gamine, pour faire ses études et tout et tout… » Pourvu que Moneste accepte de lâcher le morceau, cette fois-ci… L’occasion était trop belle ! La vérité sur la vie du commissaire… Tout sur son fils caché… Jean Valgrand… Drogué ! Givré ! Tatoué ! Se retournerait dans sa tombe, le vieux Jules !… Mais concentrons-nous ! Il en est où maintenant, notre tennisman armoricain ? « Emma, vous comprenez, elle aimait bien m’accompagner, des fois, à mes entraînements… Parce que, bon, hein, comme on dit… » Patience ! Le laisser faire… Il finirait bien par raconter ce qui s’était passé ce jour-là… Et avec un peu de chance avant qu’il fasse nuit !… N’en auraient plus pour longtemps, ensuite, tous ces lascars du collectif Burma… Plan épervier !… Opération coup de poing !… Et hop ! en cabane, les guérilléros de la fiction ! Parce que le jeu avait assez duré comme ça !… « On arrivait au gymnase Jean Moulin quand ils se sont décidés… Comment que je dirais ? À passer à l’action, en quelque sorte, hein !… »

Publicités

2 Réponses to “où le commissaire Lognon devient un modèle de patience pour le lecteur”

  1. on suit, on précède, et on se plante… mais on suit, auteur… (le plan de la décapitation du Dédé qui ne serait due qu’à une erreur de conduite d’un vague planton est suffisamment anodine pour tenir le coup) (quant à Vanessa/Sofia – qui peut savoir laquelle est-ce ?- strangulée à main nue par Swann, c’est suffisamment incroyable pour être vrai)(le seul regret qu’on puisse avoir, c’est le rôle d’actrice de complément (pour ne pas dire silhouette) (sinon utilité) (ou encore figurante…) – à peine- de Marie-Mathilde, on attendait mieux) (nettement)

    • autant vous l’avouer, PdB, ce n’est pas de gaieté de cœur que nous avons évacué ainsi le personnage de Marie-Mathilde, mais par nécessité financière (et oui, les temps sont durs!): l’adaptation cinématographique (voyez qu’on n’est pas avare sur les scoops, même en plein festival de Cannes! vous comprendrez cependant qu’on ne vous révèle pas le nom du réalisateur) des aventures de la marquise bénéficiera d’un budget important, mais pas assez pour multiplier l’emploi de grosses pointures: Emma, Lognon, Alfonsi, nécessitent des comédiens plus que confirmés pour porter de tels rôles… sans oublier les seconds couteaux, comme le jeune Lapointe ou Décembre, sans oublier Binet… tout ça finit par chiffrer… et même chiffrer gros!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :