où l’on se questionne sur l’appel reçu lors de l’épisode précédent

Si Lapointe, cette fois, se fendait d’un appel, sans doute était-ce parce que l’information qu’il avait à transmettre était d’une importance autrement plus capitale que la révélation, transmise au moyen d’un simple message, quant à l’horaire de sortie de la marquise deux jours plus tôt. De quoi s’agissait-il ? Telle était la question que se posait Alfonsi, prêtant l’oreille aux quelques mots prononcés par le commissaire, et que nous ne rapporterons pas, convaincu de l’inutilité absolue d’une telle démarche après avoir constaté que le privé à la triste allure n’avait rien pu en tirer. Que faire, en effet, de ces quelques mots et onomatopées égrenés en un chapelet chaotique ? Décidément méfiant, ce Lognon ! Même son visage demeurait impassible, n’exprimant ni surprise ni inquiétude. Alfonsi avait beau scruter les traits du digne successeur de Maigret, rien ne transparaissait. Et pourtant !… Comme le privé l’a confié depuis dans son autobiographie*, la révélation était de taille :

Quoi qu’on en pense, ce Lognon m’a paru, à cette occasion, véritablement fortiche. Vous excuserez l’adjectif, suranné je l’admets, mais comment traduire autrement ce mélange si subtil du professionnalisme le plus avéré et du ridicule poussé à ses limites extrêmes ? Autant de jugeote et d’intuition, autant de ringardise et de self control, réunis dans un même homme, me laissait, je l’avoue, parfaitement pantois. Que rien n’apparaisse, tant dans son propos que dans son expression, de l’importance de ce qui lui était alors confié, me semble la preuve plus qu’évidente d’un immense talent que d’aucun ne pourrait que lui envier. Respect, commissaire !…

Qu’ajouter, après pareil témoignage, et qui plus est de la part d’un homme du métier ?

*Dominique Alfonsi, Un cave se débriefe, aux éditions L’Égo Land (à paraître en mai 2010). Un grand merci aux responsables des éditions L’Égo Land de nous avoir permis de reproduire ici ce court extrait prometteur.

Publicités

Une Réponse to “où l’on se questionne sur l’appel reçu lors de l’épisode précédent”

  1. C’est juste pour dire que la marquise s’est tirée, je suis sûr (on la retrouvera, y’a pas d’erreur) (quand au « talent ilmmense » de Târtâl, on comprend pourquoi le privé a une si triste figure : c’est parce qu’il se rend compte de son manque de pertinence lors de l’évaluation de l’intellect de ses semblables) (ce qui, de fait, le rend un peu moins gourd qu’il n’en a l’air)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :