où le téléphone vibre de nouveau et déclenche des confidences

« D’un côté, continua le taxi, ça m’a étonné qu’à moitié qu’la donzelle elle s’soit baladée avec un flingue dans la poche, parce que franchement, autant, des fois, dans c’boulot-là, on rencontre des femmes classieuses, de la haute, quoi, style actrices et tout, ou même des marquises ou je ne sais quoi, moi, enfin, bon, hein !… du genre qu’ont rien d’autre à foutre que de sortir pour aller boire leur thé sur les coups de cinq heures de l’après midi… ou faire du shoppingue, comme elles disent… remarquez, ma femme aussi, elle aime ça… pas le thé, hein !… le lèche-vitrines, elle, qu’elle appelle ça… et vas-y que j’te fais chauffer la carte bleue !… » C’est à ce moment précis que, de nouveau, dans la poche de l’imperméable du commissaire Lognon, se mit à vibrer son téléphone portable, objet fabuleux s’il en est pour qui raconte des histoires, et dont nous avons le sentiment d’abuser peut-être un peu, sentiment tenant sans doute au fait que nous n’approchons qu’extrêmement rarement ce type d’appareil, n’ayant que très peu d’affinités avec la communication téléphonique – et, puisque nous voilà sur la pente douce de la confidence, sachez, lecteur – et vous aussitôt de vous frotter les mains, parce qu’avouez que ça vous plaît d’en connaître davantage sur l’auteur, peut-être même allez-vous bientôt (d)ébaucher une vague théorie psychanalysante, renonçant en catimini honteux aux leçons du Contre Sainte-Beuve, lorsque vous apprendrez que nous évitons souvent de répondre aux appels provenant de ce que l’on nomme depuis quelque temps le fixe – terme qui, de notre point de vue, conviendrait nettement mieux au portable en raison de l’addiction qu’il génère parfois. Tout ça pour vous dire que Lognon venait, sinon de décrocher – terme convenant parfaitement pour le fixe, mais ici quelque peu inadapté voire incongru – du moins d’appuyer sur une quelconque touche OK, et, de sa voix nasillarde, énonçait son rituel « Commissaire Lognon, à l’appareil » qui, lorsque le jeune Lapointe débuta dans le service, le faisait immanquablement sourire : un peu de désuétude, en effet, n’était pas pour lui déplaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :