où les sachets parlent enfin

« Désolé, commissaire, mais l’analyse des gonds de la porte d’entrée n’a pas permis de déterminer avec précision si votre marquise était sortie ou non vers cinq heures. C’est le problème, avec les portes blindées… Mais je vous fais grâce des détails techniques… En revanche, le contenu des trois sachets que vous voyez là va très certainement vous intéresser. Vous me direz, qu’a priori, il n’y a pas là de quoi s’extasier… Et pourtant ! Voyez celui-ci ! Des cendres prélevées sur le bureau du marquis… Mais qui ne correspondent aucunement à la marque consommée habituellement par votre macchabée de marquis… Comme tous les snobs, il avait réussi à dégoter des clopes inconnues du commun des mortels… Et ce n’est pas fini ! Primo, même si pour une fois il avait fumé une autre marque, impossibilité chronologique : les cendres datent d’hier. Là-dessus, les gars sont formels… On pourra peut-être préciser demain si c’était en matinée ou après. Seulement, pour ça, les tests sont beaucoup plus longs, vous comprenez !… Deuzio, après vérification auprès de l’inspecteur Décembre, il s’agirait, comme par hasard, du même tabac que fume Alfonsi… » Lognon posa sa tasse de café sur le bureau. C’était bien le genre d’Alfonsi d’aller fouiner partout. Le pire, c’est qu’il avait pu s’emparer de pièces à convictions… Il ne perdait rien pour attendre, le privé à la triste allure ! Ah ! Il voulait faire le malin !… « D’ailleurs, on a retrouvé aussi ses empreintes sur un verre… il aurait avalé de la Suze… avant-hier, en début de matinée… là-dessus, les tests sont formels… Et ce n’est pas tout ! Votre marquise a aussi reçu un dôle de loustic ! J.V. le givré, en personne… Pour lui, on n’a vraiment aucun mérite. Simple analyse des eaux usées du quartier, comparaison avec les statistiques mensuelles quant à la présence de différents produits stupéfiants dans le réseau d’évacuation de l’arrondissement… Aucun doute possible !… Un tel différentiel ne pouvait s’expliquer que par le passage de J.V. dans le quartier… Ne restait plus qu’à trouver une trace tangible de son passage dans l’appartement… Ce qui ne fut pas bien difficile : ce petit malin a laissé de ses cheveux longs à peu près partout dans l’appartement… Enfin, voyez ce sachet, commissaire, last but not least, comme ils disent outre Manche : un ongle !… un simple bout d’ongle cassé !… appartenant, les analyses ADN sont formelles, à madame la marquise de la Bôle… Un morceau d’ongle que l’on a retrouvé coincé entre deux touches du clavier de l’ordinateur du défunt marquis… Et sachant que l’historique de la bécane affiche une dernière utilisation avant-hier dans l’après-midi, avec comme document consulté un certain fichier Burma… » Lognon avait pâli en entendant ce nom pour lui si funeste. « Vous pensez bien, commissaire, qu’on est allé regarder de plus près le disque dur du marquis… » Birotteau se saisit d’un cd-rom posé sur son bureau et l’introduisit dans le lecteur de son P-C. « Et sans vouloir nous envoyer des fleurs à nous autres les gars du labo, je crois bien qu’on vous a débusqué du matériau de première classe, commissaire… Voyez plutôt ! »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :