où le jeune Lapointe s’apprête à interroger la marquise

Lapointe alla prendre la relève auprès de la marquise, fébrile à l’idée qu’elle puisse lui révéler ne pas être sortie à cinq heures, comme elle n’avait cessé de l’affirmer jusqu’alors. D’ailleurs, cette insistance était louche. De la part d’une femme de son rang, attacher autant d’importance à ce détail aussi trivial. Elle qui, de toute éternité, avait pu disposer de son temps comme bon lui semblait, n’ayant pour toutes contraintes que quelques dîners en ville et ses rendez-vous avec son tendre Yann-Erwann, pourquoi tant de précision concernant le moment où elle avait quitté son appartement. La théorie de Lognon semblait tout à fait convaincante : elle insistait pour mieux dissimuler. Comme le disait si bien le commissaire, elle exhibait l’arbre pour mieux cacher la forêt, et leur faire pendre sa vessie à la lanterne. Concernant cette dernière expression, Lapointe n’était pas certain d’avoir bien entendu. Car Lognon n’était pas toujours facile à suivre ! Surtout dans ces moments où, fatigué et en proie à une agitation cérébrale extrême, pris d’une soudaine inspiration qui, répétons-le, lui conférait un je ne sais quoi de chamanique, il se mettait à marmonner de sa voix nasale tout en mordillant le tuyau de sa pipe, ponctuant son propos de coups de talon au sol, et secouant la tête, le regard fixe parti on ne savait où. C’était bien simple : torse nu, vous l’eussiez sans doute pris pour Iggy Pop lors de ses premiers concerts en compagnie des Stooges. « Ferme, Lapointe, ferme… mais sans la brusquer… la charmer un peu… qu’elle se détende… un atout, ta jeunesse… n’oublie pas le café… qu’elle avale quelque chose… des sandwiches, des croissants, ce que tu veux… déjà tombée dans les pommes, à la morgue… pèse son poids… par la bande, tu comprends… toujours par la bande… qu’elle se contredise… lâche le morceau sans le vouloir… ni vu ni connu je t’embrouille… tu me suis… coriace… tu lui dis pour Yann-Erwann… convoyé cet après-midi… arrivée Montparnasse en TGV… on l’emmènera si elle est sage… du tact… hein, du tact… a fait quoi si sortie juste après la bonniche… sortie à quatre heures, la Vanessa… en douceur, Lapointe… en douceur… moi, je passe au labo… et ensuite, direction l’hospice de Meudon pour voir la vieille… joli prénom Félicité… joli prénom… »

Publicités

Une Réponse to “où le jeune Lapointe s’apprête à interroger la marquise”

  1. j’espère qu’elle s’est tirée, cette Emma (comme Arsène Lupin, je dirais si on me demandait) (je me demande le prénom de ce petit morveux de Lapointe) (Onvapousserjuska : bouthanais peu usité, auteur, attention ou alors ouessantais) (mais si Lapointe est d’origine semblable que Tartal, on est mal) (j’oublie le bicirconflexe, mais c’est l’usage) (pour Yann Erwann il faudrait un vieux beau)(50 piges)(poivre et sel, mi longs les tifs)(cependant rien ne nous a dit, ne nous dit l’âge à Emma non plus ) (pourrait aussi bien être une jeune quarantenaire)(y’a la variante feignante du prénom à Lapojnte, Onvapapousserjuska, encore moins usitée, seulement chez les vrais ou faux jumeaux)(un sandwich au rillettes, le matin vers 7 heures, rien de tel pour faire avouer une si charmante antilope) (hein, Lapointe)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :