où Vanessa s’était faite chair

Emma qui, deux jours plus tôt, dans un mélange d’enjouement, d’inquiétude et d’impatience, quittait son domicile de marquise aux environs de dix-sept heures (du moins le prétendait-elle) pour tenter de rencontrer son amant tennisman mais néanmoins breton et mystérieusement volatilisé, témoignant par là même d’une conception modulable et aléatoire de la fidélité conjugale, ce en quoi elle perpétuait une tradition bien ancrée dans la noblesse française, depuis toujours écartelée entre bondieuserie et libertinage (c’est du moins l’image qu’on en a, nous autres, de l’extérieur), pâlissait maintenant à vue d’œil, elle si volubile jusqu’alors désormais silencieuse, le regard perdu, en proie à de terribles pensées. Elle revoyait cette scène si longtemps refoulée, où, dans le couloir qui menait aux combles, elle avait aperçu André de dos, parfaitement immobile, appuyé d’une main au chambranle de la porte entr’ouverte de Vanessa, le regard de son marquis de mari, comme perdu, fixant la silhouette de cette traînée qui, d’évidence, se croyait seule, attifée dieu sait comme, à la sortie de sa douche, d’une sorte de pantalon de marin, pantalon large, courte veste échancrée qui laissait voir ses bras nus, – de ces façons de se vêtir quand elle n’était pas en service ! – lui immobile, comme statue, n’en perdant pas une miette, la dévorant des yeux, postée devant la glace de l’armoire qu’on avait mise à sa disposition, tordant maintenant ses cheveux humides, mouvement d’une touffe brune au creux de ses bras, pli sombre au creux de ses seins, tenant ses épingles dans sa bouche serrée, tête renversée de ses doigts ployait les touffes souples, averse pâle de sa gorge entr’aperçue, corps ferme et élastique, animalité pure faite pour la paume, Vanessa faite chair… Et le visage d’André quand il s’était enfin retourné et avait compris qu’elle l’observait depuis quelque temps déjà, s’éloignant sans un mot… Madame de la Bôle en était là de ses pensées lorsqu’elle déclara soudain entre deux sanglots : « Vous n’avez pas le droit de salir ainsi la mémoire de mon mari !… Vous m’entendez !… Ce que vous faites est absolument odieux… Si André espionnait Vanessa, ce n’est pas pour ce que vous croyez… pas du tout !… parce que lui, au moins, il savait pertinemment que cette… cette… que cette petite garce, elle en était, du collectif Burma… »

Publicités

5 Réponses to “où Vanessa s’était faite chair”

  1. il a fallu qu’elle craque, c’est malin (typique de Tartal en même temps, je sais bien) (quel salopard…) (l’air de pas y toucher avec son oncle édouard par ci, et sa Shéhérazade par là) (on attend marie mathilde en tout cas) (sans compter l’homme à l’imper pourri) (à suivre Sofia comme ça, va lui arriver des bricoles, I suppose) (n’est-ce pas Watson ?) (encore que le plan « je regarde mais je touche pas » pour Dédé me paraisse assez scabreux) (sinon complètement à côté de la plaque) (serait peut-être temps de donner une scène de lit, non ? ) (ce serait une ficelle assez grosse – efficace pour relancer l’intérêt du lectorat en même temps – si celui-ci s’est émoussé, ça va sans dire) (ah ! c’était la scène de lit…?) (ah bon) (ben comme ça, c’est fait…)

  2. la précision du souvenir qu’Emma a de son propre regard sur Vanessa fait que je demande de qui elle est jalouse, en livrant enfin ce qu’elle attendait de révéler (il aura mis du temps à l’y contraindre)

  3. […] bonniche pérorait devant l’assemblée, y allant de ses effets de mèche et gigotant de la hanche comme à son habitude. Et tous ces mâles abrutis qui la dévoraient des yeux ! Yann-Erwann n’était pas le dernier. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :