où Lognon nous emmène en Orient

Lognon ne répondit pas tout de suite au jeune Lapointe, le regard du commissaire absorbé dans la contemplation de son verre d’eau gazeuse, plus que jamais méditatif, comme hypnotisé par le mouvement des bulles remontant à la surface et venant y mourir, poignante allégorie, confia-t-il plus tard, de toutes les hypothèses qui traversaient son esprit pour aussitôt s’y trouver démenties, terrible état d’incertitude où l’image de la marquise sortant de chez elle aux environs de dix-sept heures apportait tant bien que mal un je ne sais quoi auquel désespérément s’accrocher. Chacun autour s’était tu et avait cessé de mastiquer, gorges et mâchoires enfin au repos laissant de nouveau la place au silence de la nuit. Le commissaire avala une gorgée d’eau de Vichy puis, se tournant vers Lapointe : « Je vais vous confier un secret… un point de mon enfance que je n’ai encore jamais raconté à quiconque… c’est dire la confiance que je vous accorde !… l’un de mes oncles, Édouard, il s’appelait… un homme qui a beaucoup compté pour moi… bref, cet oncle aimait à raconter des histoires quand il m’arrivait de séjourner chez lui… pendant les vacances, parfois durant le week-end… il avait l’habitude de me lire un conte, le soir, avant que je m’endorme… il y avait un ouvrage qu’il prisait tout particulièrement : les contes des Mille et une nuits… vous connaissez sûrement… la belle Schéhérazade… qui chaque nuit continue son récit… bref, parmi tous ces contes orientaux, il y en a qu’il appréciait tout particulièrement… pour sa valeur éducative, m’a-t-il révélé plus tard… un récit riche d’enseignements en effet… mais à quoi bon vous faire languir plus longtemps !… Imaginez… nous sommes quelque part en Orient… les parfums, les marchés bigarrés, les épices… vous imaginez ?… et puis un homme… un homme marié… évidemment, l’oncle Édouard racontait bien mieux que ça… un homme marié, disais-je… un homme marié à une femme superbe… dotée de toutes les qualités… » À ce moment de son récit, le commissaire Lognon éternua et dut s’interrompre afin de se moucher.

Publicités

2 Réponses to “où Lognon nous emmène en Orient”

  1. j’espère bien qu’il pourra reprendre son récit sans autre interruption

  2. ouais, l’homme marié qui a perdu sa tête sur le boulevard Richard Lenoir (non, c’est pas ça) (c’est pas « durant » le week end qu’il allait chez Doudou, Tartal, mais c’est « pendant ») (quand je pense que Emma est née en 53 comme moi, ça me fait froid dans le dos) (en même temps, c’est que des racontars) (elle est où, là, dans l’escalier ?) (on a qu’à lui proposer un sandwich au pâté) (j’ai une petite faim, là) (j’y vais)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :