où Lognon a quelque chose de chamanique

Lognon affichait le même sourire étrange qui était apparu sur son visage, environ une heure auparavant, quand, s’arrêtant pour contempler la Seine quelques instants avant de rejoindre son bureau, il avait eu cette pensée soudaine, l’une de ces fulgurances qui le traversaient parfois, incontrôlables et venues on ne savait d’où, formules qui s’imposaient à son esprit agité alors d’une forme de transe – oui, Lognon avait en ces instants quelque chose de chamanique, ces mouvements d’épaule incontrôlés et ce regard fixe qui donnait l’impression aux inspecteurs qui l’entouraient que toute la concentration du commissaire s’était fixée sur un point, central et décisif, un point qui, une fois éclairci, permettrait de dérouler les fils de l’affaire avec une aisance si extraordinaire qu’on aurait pu aisément la qualifier de magique – cet homme à l’apparence si ordinaire, cet enrhumé endémique, ce mal fichu de l’existence, allait, dans ces instants d’exception, jusqu’à faire oublier la disgrâce de son épatant appendice nasal, ces poches bourrées de mouchoirs sales auxquels s’accrochaient tout un tas de bouts de tabac et parfois même de cendres froides, ce presque paria qui dans un bar avait tant de mal à attirer l’attention des serveurs et repartait plus d’une fois sans avoir pu passer commande, découragé et blessé jusqu’aux tréfonds de son âme, se transfigurait littéralement dans ces moments de grâce où il entendait celle qu’il avait nommée sa voix secrète lui énoncer la révélation qu’il attendait depuis le début de son enquête, cette évidence claire et complexe comme l’eau du rêve, enfin survenue, enfin verbalisée, puissante et dévastatrice, jouissive, superbe et comme toujours tellement simple : la marquise, concentrer ses efforts sur cette marquise, sortie à dix-sept heures, et pourquoi donc dix-sept heures, l’impression d’une réminiscence, laquelle on verrait plus tard, ne rien brusquer, et si plus tôt, et si avant la gare Montparnasse et tenter de retrouver Yann-Erwann, oui, la marquise, se focaliser sur elle, déjà l’identité judiciaire chez elle, bon point, pression, ne plus la lâcher, ses appuis au ministère, mais le pays en danger, bien au-delà de sa petite personne, foutue grande dame, bien au-delà, et puis, le sens du devoir, et pourquoi pas du sacrifice, et ne jamais perdre de vue qu’en danger lui aussi, collectif Burma, qu’il dégénère en pure fiction, résister…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :