où se met en place une alternance presque régulière entre affirmation et négation

La marquise, qui aurait bien aimé sortir, comme elle l’avait fait la veille en fin d’après midi, et planter là ce flicaillon enrhumé dont elle se demandait bien comment il avait pu accéder au grade de commissaire, ne répondait à celui-ci que de mauvaise grâce. Non, elle n’avait jamais apprécié Vanessa. Oui, la bonne précédente était une perle. Elle s’appelait Félicité. Non, elle ne se souvenait plus de son nom de famille. Non, elle n’avait jamais pris la peine de connaître le nom de famille de ses employés. Oui, un chauffeur autrefois. Quand André était occupait encore des fonctions officielles. Non, elle n’avait rien remarqué de suspect entre Vanessa et son marquis de mari. Non, elle n’avait pas revu la bonne depuis qu’elle s’était rendue à l’institut médico-légal. Non, ce n’était pas son fantôme mais sa sœur jumelle. Oui, c’était ce que cette fille avait affirmé. Oui, c’était louche, mais après tout c’était Lognon qui était le flic. Non, elle n’avait jamais entendu parler auparavant du collectif Burma. Oui, Vanessa lui avait demandé de quitter son service plus tôt, avant-hier. Oui, à seize heures. Non, Emma était sortie vers dix-sept heures, comme souvent. Oui, elle aimait les fins d’après midi, mais tout ça ne regardait qu’elle. Non, Vanessa n’avait jamais dérobé de bijoux. Oui, il existait ici un coffre. Non, seul André en connaissait le code. Oui, Vanessa lui avait déplu depuis le début. Oui, c’était André qui avait pris la décision de l’embaucher. Non, son défunt mari de marquis n’était pas un homme à femmes, comme on dit. Oui, Vanessa lui avait dit qu’elle devait rencontrer sa sœur. Non, elle n’avait pas précisé pour quelle raison. Non, Emma, elle, n’avait pas pour habitude de faire intrusion dans la vie privée de ses interlocuteurs. Non, André ne lui disait jamais rien de ses activités. Oui, il paraissait soucieux ces derniers temps. Oui, il s’absentait beaucoup. Non, depuis plus longtemps. Oui, depuis janvier en fait. Oui, six mois maintenant que Vanessa était à leur service. Non, elle n’avait jamais fait le rapprochement. Oui, c’était vraisemblablement une coïncidence. Non, elle n’imaginait pas Vanessa impliquée dans un quelconque mouvement révolutionnaire. Non, elle n’avait pas remarqué chez son employée une attirance particulière envers les romans. Non, elle n’avait jamais demandé à avoir accès à la bibliothèque. Non, ce n’était pas une université populaire, ici. Non, elle n’avait jamais été attirée par les bonnes œuvres. Oui, André était un homme très secret. Non, il ne savait pas pour Yann-Erwann. Oui, elle en était quasiment certaine. Non, elle ne savait pas pour Alfonsi. Oui, il avait l’habitude d’acheter ses cigares dans un tabac du boulevard Richard Lenoir. Oui, depuis des années déjà. Non, il disait que c’était la seule concession qu’il ait jamais faite au communisme. Non, il lisait essentiellement la presse. Mais oui, évidemment, qu’il connaissait ses classiques, comme il se doit ! Non, elle n’avait rien remarqué de particulier dans l’appartement. Non, elle n’était pas encore entrée dans son bureau depuis sa mort. Oui, l’émotion était trop forte. Oui, s’il le souhaitait, il pouvait…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :