où l’on apprend pourquoi Lognon ne prend pas l’ascenseur

Une véritable manie de sortir de cet appartement : hier, la marquise, sur les coups de cinq heures, aujourd’hui une revenante prise en filature par un privé à la triste allure… Et puis quoi, encore ! Ça entre, ça sort, pire que dans un moulin, chez la marquise de la Bôle. D’ailleurs, elle-même était-elle encore là ? N’en savait rien la pauvre Lognon, montant quatre à quatre les escaliers de l’immeuble – une trop sainte trouille des ascenseurs encore aujourd’hui, et tout ça en grande partie à cause de ce sacré farceur d’oncle Édouard, lui l’inventeur du « premier élévateur thermo-dynamique à énergie solaire », comme il l’appelait, malheureusement pour ses finances, mais sans doute fort heureusement pour nous autres, demeuré à l’état de prototype, de simple engin expérimental au sein duquel le jeune Lognon, qui, alors âgé de cinq ans, rêvait de devenir aviateur et n’imaginait nullement sa future condition de flic, demeura enfermé près de vingt-quatre heures, suite à ce que l’oncle n’admit jamais être une déficience évidente de sa nouvelle invention, préférant parler de simple problème de réglages et se perdant avec son beau-frère, qui n’y comprenait rien, dans des élucubrations abstraites sur les épineuses relations qu’entretenaient masse d’inertie et vitesse, tandis que sa sœur pleurait toutes les larmes de son corps, et que son pauvre neveu, seul et dans l’obscurité la plus absolue, n’ayant à sa disposition, pour toute nourriture, que les quelques cacahuètes qu’il avait conservées au fond de sa poche après sa visite, quelques jours plus tôt, de la ménagerie du Jardin des Plantes, sentait grandir au creux de son ventre cette boule d’angoisse et d’amertume qui, depuis, ne l’avait plus jamais quitté. Pour ça qu’il grimpait ainsi les étages, heurtant du bout de ses chaussures ces marches trop hautes, toujours à demi déséquilibré, essoufflé et en sueur, s’arrêtant à chaque palier afin de dégager son épatant appendice nasal, agité comme jamais… Aussi est-ce un commissaire à bout de souffle et aux yeux exorbités par l’angoisse qui, enfin parvenu devant la porte de madame la marquise, actionna le timbre de la sonnette.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :