où Milan Moneste poursuit ses confidences

Emma de la Bôle, sortie de chez elle la veille vers dix-sept heures, et actuellement placée en stand by par le narrateur pour cause d’évanouissement, ne se doutait certainement pas, lorsqu’elle jetait un regard plein de mépris sur le brave commissaire Lognon, que celui-ci n’était autre que le confident du grand Milan Moneste : « Je l’ai revue plusieurs fois, mais j’ai rapidement tenté de lui faire comprendre que notre relation ne pouvait pas durer. C’est simple, je commençais à passer plus de temps dans son lit qu’à ma table de travail… Ils ont beau être très compréhensifs, à l’Equinoxe Amer, il ne faut tout de même pas exagérer. J’ai des engagements auprès d’eux, vous comprenez. Ce n’est pas à vous que j’apprendrai qu’il me faut livrer deux romans par trimestre. Même si vous me fournissez l’essentiel du matériau, commissaire, écrire prend cependant du temps. Mais, seulement, la petite s’était accrochée. Pas question à ses yeux que notre histoire s’arrête là. Elle était accro… J’étais faible… Ni une ni deux, je me suis retrouvé basculé en plein dans une histoire à l’eau de rose. Une histoire à la con comme jamais je n’aurais voulu en écrire. Je ne sais pas si vous imaginez le cauchemar ! Il fallait que je vive, chaque jour, une sorte de mélodrame parfaitement ridicule!… En plus, ma femme qui commençait à avoir des soupçons, puis qui m’a fait comprendre qu’elle savait tout… C’est peut-être ça qui a été le plus dur : apprendre qu’elle avait engagé un privé pour me surveiller. Me faire ça, à moi ! Vous vous rendez compte ? C’est pour ça qu’Arlette, j’ai été obligé de… Arlette Duchêne, dans À cœur et à qui… Je ne pouvais pas ne pas vous le dire… Depuis des années, ça me travaillait, et… » Mais oui, Lognon se souvenait maintenant. Arlette Duchêne. Cette gamine découverte dans sa chambre de bonne… Abattue de trois balles en plein cœur… Du gros calibre… Une histoire invraisemblable de jalousie… Un homme et une femme qui, pour sauver leur couple, embauchaient un tueur à gages pour… C’était donc ça !…** « Hé oui, mon pauvre Lognon, la fiction n’est pas toujours sans conséquences !… » « Mais dites-moi, Milan, à propos de fiction, j’avais justement quelques questions à vous poser… »

*Voir son émouvant témoignage, Un dernier pour le doute, L’Ego Land, 1995.

** Voir À cœur et à qui, aux éditions de l’Équinoxe amer.

Publicités

2 Réponses to “où Milan Moneste poursuit ses confidences”

  1. […] Et vous le connaissez vous aussi, désormais… Il faut se débarrasser d’eux sans ménagement, comme j’ai malheureusement dû le faire avec cette petite du Picratt’s… Il faudrait les éliminer, Lognon… Les éliminer pour que vous demeuriez, comme vous l’avez […]

  2. […] Vous m’avez même confié votre trouble. J’avais alors tenté de vous mettre sur la piste, de faire tomber un pan du voile afin que vous puissiez un peu mieux saisir la véritable dimension des événements à la remorque […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :