où la notion de bavure fait son apparition

Abasourdie depuis l’entrée en scène de cet énergumène quasi édenté qui déclarait se nommer Jean Valgrand (ce sourire qu’il avait affiché tout à l’heure, quelle horreur !), la marquise ne songeait nullement à sortir comme elle l’avait fait la veille, aux environs de dix-sept heures. Non, sa seule préoccupation était désormais de gérer la présence de cet individu bien connu des services de police et de certains milieux interlopes. « Valgrand ! C’est l’nom d’ma mère !… Jean, c’était une idée à Maigret… son père qui s’appelait comme ça !… Jean Valgrand !… Mais personne m’appelle par mon nom… Partout, c’est J.V. qu’on dit !… J.V. l’givré pour les intimes !… Mais trêve de déblatérations !… Aux faits !… Voilà!… J’ai conscience de ma part de responsabilité !… Si ! si !… J’ai ma part !… Parce que la voiture… Richard Lenoir, le boulevard… C’est simple, j’étais allé chez une connaissance à moi… L’épouse d’un militaire !… Mais chut !… Discrétion !… Que voulez-vous, c’est la nature…. Tel père, tel fils !… Mais moi, j’ai pas d’enfants, moi!… Non!… Bref!… Un officier qui fait crapahuter ses gars en Afghanistan… Vous connaissez l’Afghanistan ? C’est joli, là-bas… Enfin bref, j’ai un peu abusé, quoi… Moi, l’afghan, c’est… Comment on dit, déjà ? Mon péché mignon !… Enfin vous voyez, quoi ! J’vous fais pas un dessin… Avec le mari de la dame qui s’trouve sur place !… Bref ! J’abuse un peu… Je m’amuse aussi… Et paf ! comme ça m’arrive des fois !… Je gère pas bien !… Mal dans ma tête ! Ce gros con à chapeau qui r’vient sans arrêt ! Y m’cause mal… Y m’dit des trucs… C’est à cause de la pipe à beu, en fait… J’ai fixé la pipe, et j’l’ai vu qui apparaissait… et puis qui grossissait, qui grossissait… énorme qu’il était… J’ai trop pris d’trucs dans ma vie… Trop ! trop !… alors comme ça, des fois, j’disjoncte !… Il était là à m’asticoter !… J’entendais ma mère qui pleurait… L’horreur ! l’horreur !… Alors, ni une ni deux, j’t’ai foncé à l’appartement… Parce qu’il est à moi c’t’appartement ! Enfin, il devrait être à moi !… dégueulasse… l’avoir légué aux bonnes œuvres de la police !… rien à foutre que son gamin couche sous les ponts… merde, et la maison de Meung sur Loire ? J’aurais dérangé personne, là-bas !… mais non, que dalle ! Crève, Jeannot ! Crève ! Alors, vous comprenez, la voiture en contre-sens, c’était moi qu’y v’naient chercher, les poulagas… J.V. l’givré qui tapait son scandale !… Mais j’vous aid’rai à prouver qu’c’est une bavure ! J’vous aid’rai ! »

Publicités

2 Réponses to “où la notion de bavure fait son apparition”

  1. Auteur, vous ne l’avez pas vue ? j’ai posé chez monsieur François Bon, dans son petit journal, une photographie à vous destinée, en date d’hier je pense, qui illustre à ce qu’il me semble, cette bavure… si j’osais je mettrais un lien ici même (je vais oser, tiens :
    http://www.tierslivre.net/krnk/spip.php?article878#forum7021
    Vous m’en direz des nouvelles…) (j’ai fait une faute de frappe dans le titre, merde : c’est intitulé « la fatigue », ça me prend parfois…) (quand à jean valgrand on peut dire que c’est bien un fils de commissaire ce salopard, de quel droit il revendique JV le givré ? c’est dingue, ça) (ouais)

  2. […] tout, vous savez… Un contrôle d’identité… Ou bien l’officier est de nouveau reparti en Afghanistan… Vous avez, JV, une vie tellement tumultueuse, tellement romanesque… Le romancier que je suis […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :