où la marquise apprend l’identité de son visiteur

Tandis que Binet et Alfonsi échangeaient quelques considérations sur les régions françaises, leurs breuvages respectifs et l’originalité de certains prénoms pour des oreilles non averties, la marquise, qui ne risquait pas de sortir comme le jour précédent à la même heure, puisqu’elle était désormais totalement annihilée par la peur, poussa un cri tout autant de frayeur qu’effrayant. L’inconnu, parvenu à seulement quelques pas du fauteuil de bureau dans lequel Emma avait pris place, stoppa net sa progression funambulesque et, affichant un sourire que, semble-t-il, il cherchait à rendre rassurant, se lança dans des propos qui, vous allez pouvoir le constater, ne se caractérisaient pas en premier lieu par leur clarté : « J’aurais pas dû, mais, bon, je… Enfin… C’est parce que… Commençons par le commencement… Vous n’me connaissez pas… D’ailleurs, personne me connaît… Et pourquoi on m’connaîtrait, d’abord ? Hein ? Pourquoi ? Évidemment, si mon père avait pris la peine de… Mais c’était pas son genre !… Plus coincé, tu meurs !… Ah ! ça, il l’a bien préservé, son p’tit confort bourgeois !… Les p’tits plats chez se régulière, des p’tits extras avec maman !… C’était facile pour lui !… Facile de la tromper, sa pauv’ femme ! « Allo ! Madame Maigret… Une affaire difficile… Je dois partir en province pour quelques jours !…» Ah! il y en avait des affaires en province !… Et des cas épineux, c’est moi qui vous l’dis !… Un beau salaud d’hypocrite, oui !… Et pendant c’temps-là, j’la construisais comment, moi, ma personnalité ? Et on s’étonne, après !… Ah ! il pouvait faire la gueule !… J’sais pas si vous imaginez : Maigret encombré d’un drogué dans sa famille !… Oh ! il a pas dit non quand j’lui ai annoncé qu’j’partais en stop jusqu’en Inde… Il a bougonné j’sais plus quoi, comme il faisait tout le temps… On comprenait jamais rien quand y causait… Des borborygmes, vous voyez !… Il m’a même filé du pognon, pour qu’je m’casse… Il était trop content d’se débarrasser d’moi !… Y’a qu’pour maman qu’j’ r’grette !… Elle, elle était gentille !… Je sais qu’j’lui ai fait du mal avec toutes mes conneries !… Mais bon, on s’refait pas, hein !… Et puis, j’ai eu des bons moments en Inde. Tiens ! Par exemple, l’île de Saavedra !… Vous connaissez l’île de Saavedra ? » La marquise ne sut quoi répondre, ne connaissant de la géographie de l’Inde que la liste des comptoirs français qu’elle avait apprise durant sa tendre enfance. Aussi se contenta-t-elle de demander : « Et vous êtes monsieur ?… » « Valgrand… Jean Valgrand ! »

Publicités

Une Réponse to “où la marquise apprend l’identité de son visiteur”

  1. ah… moi qui croyais avoir enfin droit à voir un de ce collectif… ce sera pour une autre fois (on se demande si ce jean valgrand va faire subir les derniers outrages à la marquise) (non en fait ça ne collerait pas) (mais quand même, un peu de piquant… hein) (oui, bon) (en même temps pourrait en faire partie) (au lieu de tenter de déboulonner Jules de son piedestal) (comme si Jules était comme son auteur, queutard à couilles rabattues) (dixit georges brassens, je n’invente rien) (ne parlait pas de simenon, je veux bien le croire, mais en revanche on en sait pas mal sur ses dix mille conquêtes) (on en rajoute à plaisir c’est vrai aussi) (bon j’arrête)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :