où la marquise rentre chez elle

« Avec un patronyme pareil, il n’est pas étonnant que ce commissaire soit enrhumé tout le temps… Bien qu’on puisse plutôt s’attendre à ce qu’il pleure tout le temps… Mon Dieu, mais quelle horreur que ces lieux… !

Allons, ce n’est ni l’heure ni le moment de faire de l’esprit, madame la Marquise de la Bôle… Mais pourquoi donc suis-je sortie hier, vers dix sept heures ? Pourquoi ? … Certes, personne ne m’a vue, mais quelle mouche a bien pu me piquer d’aller chercher Yann-Erwann à la gare ? Oh, Yann-Erwann, où êtes-vous donc, mon ami, mon chevalier, mon aimé ? … Et cet ordinateur qui ne veut pas s’allumer… Mon Dieu, mais pourquoi les objets se mettent-ils toujours en travers de mon chemin ?… Et ce détective qui laisse traîner son verre n’importe où… Mon Dieu, quelle heure est-il ? … Six heures… Six heures… Et cet écran qui… Emma, ma fille, gardez votre calme… ! … Ah, voilà, ici, le mot de passe… Ah… Voilà, alors voyons, où en étions-nous ?… Ce dossier « Collectif Burma », je clique deux fois sur cette petite image… Voilà… Ah André, cher André… Vous, toujours si méticuleux, vous n’en aurez plus guère l’occasion, cher… je ne comprends pas comment cette petite bonne a pu vous aguicher ainsi, tant qu’à lui remettre cette bague… Sa jeunesse ? Sa croupe avenante ? Non… Toujours est-il que vous en avez perdu la tête… Ah ah… Allons, tout va très bien, madame la Marquise, à présent… Alors, voyons… Je ne comprends pas… Je n’y comprends rien… Et le téléphone qui sonne à présent… Mon Dieu… Allo ? … Oui, c’est moi… Oui, ah, Marie-Mathilde, mon enfant, comment vous portez-vous ?… Oui, hélas, un accident de la circulation…Oh mon Dieu, je ne sais pas, il repose à la morgue… Oui, mon enfant, je vous promets de rester zen, comme vous dites, oui… Oui, très bien, je vous… Dès que j’en sais plus… Voilà, oui, voilà… Oui, au revoir mon enfant, oui… Non, ma chérie, je n’ai besoin de rien, vous êtes gentille… Non, voilà… Oui, au revoir… Ah quelle charmante jeune fille, André avait raison, oh mon Dieu, comme il l’aimait cette petite… Mais voyons, l’heure tourne, madame la Marquise…

Voyons… Une lettre ? Un tract ?… Qu’est-ce que c’est ? …

« NOUS NOUS ENGAGEONS A TOUT FAIRE POUR QUE LA FICTION, TEMPORAIREMENT DEVENUE L’ARME DES PUISSANTS SOIT ARRACHEE A CEUX-CI ET REDEVIENNE L’ARME DE SUBVERSION QU’ELLE N’AURAIT JAMAIS DU CESSER D’ETRE… »

Que voilà donc une belle prose, s’il fallait signer, ce serait de mes deux mains… ! Et ici, la liste des participants du collectif… ? Mon Dieu… ! Voilà, ici, je clique deux fois sur… Mais… mais qui êtes-vous ?… Que me voulez-vous ? Au secours !!! A l’aide… !!!»

PCH, avec qui nous avons aujourd’hui pratiqué les vases communicants

Participent aussi à ces échanges tous azimuts:

les marges et paumée
aedificavit et tentatives
futiles et graves et Juliette Mezenc
à chat perché et rv.jeanney
lieux et Arnaud Maïsetti
l’employée aux écritures et les hublots
le blog à Luc et enfantissages
Kouki et biffures chroniques
soubresauts et kafka transports
tiers livre et fragments, chutes et conséquences
scriptopolis et CultEnews
liminaire et litote en tête
les lignes du monde et abadôn
Pantareï et Eric Dubois

Publicités

3 Réponses to “où la marquise rentre chez elle”

  1. alors là pour une communication ! c’est le vase qui se coule dans l’autre

  2. des photos à présent ? Bon mettons ça sur le dos de celui que vous accueillez, auteur… En tout cas, il me semble que cette marquise est un peu olé-olé non ? Enfin, ce que j’en dis…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :