Archive pour janvier 7, 2010

où l’absence de la marquise et de son employée de maison télescope quelques bribes d’humour en uniforme

Posted in flics et privés, Vanessa with tags , , , on janvier 7, 2010 by michel brosseau

Sachant cette fois que la marquise (toujours suspendue à son téléphone en train d’appeler le commissariat de quartier) était sortie à dix-sept heures et que Vanessa, domestique vouée au service de monsieur et madame et source d’une non négligeable réduction d’impôts (égale à 50% des sommes effectivement restées à la charge du contribuable mais ne pouvant, depuis 2007, date à laquelle se déroule l’action du présent récit, excéder 6000 euros), avait exceptionnellement quitté son service à seize heures, ni l’une ni l’autre n’étaient présentes lorsque se présentèrent devant la porte d’entrée, aux environs de dix-sept heures trente, deux fonctionnaires de police en uniforme. Ces derniers, coutumiers de ce genre de mission macabre, avaient plaisanté durant tout leur trajet à l’idée d’annoncer à la marquise les dramatiques circonstances dans lesquelles son mari était mort. Alors même qu’ils sortaient de leur voiture de fonction banalisée, non sans avoir auparavant pris soin d’avoir mis en place sur le toit et actionné le gyrophare, n’ayant pu faire autrement que de stationner en double file face au numéro 28 de la rue de Grenelle, le brigadier Robinson, en verve ce jour-là, ne put s’empêcher de lancer à son collègue : « Y’a pas à dire, c’est quand même pas tous les jours qu’on annonce à une madame de quèque chose que son Jules a été décapité au volant de sa bagnole !… » Réflexion qui faisait suite à quelques considérations sur la rareté sur le marché de voiture avec option « décapitable », « tête qui roule n’amasse pas mousse ! » et autres finesses du même tonneau.

Publicités